Intervention en région Hauts de France, Grand Est, Ile de France, Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Rhône Alpes, Provence Alpes Côte d’Azur

À chaque intervention, les membres du réseau EGIN se conforment à la règlementation en cours.

Une méthodologie connue de tous est le gage d’une intervention plus sûre et plus efficace. Nous nous engageons à la respecter scrupuleusement conformément à notre charte professionnelle.

Formation

Au sein de la formation, chaque partenaire est formé à :

• l’installation et la dépose des équipements
• son transport
• son usage
• les accessoires spécifiques
• les manipulations dangereuses
• la maintenance et l’entretien

Équipement de protection individuelle (EPI)

Chaque membre partenaire EGIN est sensible au port d’un équipement professionnel avant toute intervention :

• chaussures ou bottes de sécurité
• pantalon de sécurité avec genouillère
• vêtement de protection haute visibilité
• port du casque avec jugulaire
• gants, masque, lunettes et combinaison étanche si besoin

Travail en hauteur

Plates-formes élévatrices (recommandation R386)

Dans certains cas, l’accès doit se faire avec une nacelle. Tout utilisateur et membre partenaire du réseau EGIN a obtenu son Caces (catégorie 3A, 1B, 2B ou 3B). L’opérateur de nacelle est obligatoirement accompagné et ne peut intervenir seul.

Travaux temporaires en hauteur (article R. 4323-59 du Code du travail)

La prévention des chutes de hauteur à partir d'un plan de travail peut être assurée par diverses protections collectives, soit par des garde-corps intégrés ou fixés de manière sûre, rigides et d'une résistance appropriée, soit par tout autre moyen assurant une sécurité équivalente.

Systèmes d’arrêt des chutes

Ces systèmes sont destinés à permettre à un utilisateur d’atteindre des zones ou des positions où il existe un risque de chute. Ils doivent donc arrêter cette chute si elle se produit, puis assurer la suspension de l’opérateur après l’arrêt de la chute. Un tel système se compose toujours d’un point d’ancrage, d’un harnais antichute comme dispositif de maintien du corps relié au point d’ancrage par un élément de liaison comportant une fonction d’absorption d’énergie.

Points d’ancrage

Quel que soit son type, l’ancrage du système d’arrêt des chutes doit être sûr, c'est-à-dire suffisamment résistant pour arrêter puis retenir l’opérateur en cas de chute (capacité pouvant être évaluée en référence à la norme NF EN 795). Par ailleurs, la résistance du support de fixation de l’ancrage doit être appréciée par une personne compétente. L’ensemble doit être vérifié avant utilisation.

Harnais antichute

Les harnais antichute sont les dispositifs de préhension du corps obligatoirement utilisés dans les systèmes d’arrêt des chutes. Ils sont constitués de sangles, boucles et autres éléments disposés de sorte que le harnais puisse être ajusté de manière appropriée sur le corps d’une personne afin de maintenir le porteur durant la chute et de répartir au mieux les efforts engendrés par l’arrêt de la chute. Ils doivent être conformes à la norme NF EN 361.

Longe avec absorbeur d’énergie

Ce système de liaison est constitué d’une longe de 2 m de longueur maximale et de 2 connecteurs. Lorsqu’il est utilisé sur un point d’ancrage fixe, la longe doit impérativement comporter un absorbeur d’énergie. L’allongement de cet absorbeur lors de la chute nécessite de disposer d’un tirant d’air important qui doit être vérifié avant le début de l’intervention. Les composants de ce dispositif doivent être conformes aux normes NF EN 354 (longes), NF EN 362 (connecteurs) et NF EN 355 (absorbeurs d’énergie).

Longe avec absorbeur d’énergie

Ce système de liaison est constitué d’une longe de 2 m de longueur maximale et de 2 connecteurs. Lorsqu’il est utilisé sur un point d’ancrage fixe, la longe doit impérativement comporter un absorbeur d’énergie. L’allongement de cet absorbeur lors de la chute nécessite de disposer d’un tirant d’air important qui doit être vérifié avant le début de l’intervention. Les composants de ce dispositif doivent être conformes aux normes NF EN 354 (longes), NF EN 362 (connecteurs) et NF EN 355 (absorbeurs d’énergie).

Ligne haute tension

En cas d’intervention à proximité de lignes à haute tension, il est préférable de savoir reconnaitre une ligne et identifier sa tension et son gestionnaire.
Une distance de sécurité est obligatoire et une mise hors tension parfois nécessaire.

Les travaux prévus à proximité de lignes électriques doivent être déclarés à leurs exploitants, avant leur exécution, au moyen de la déclaration de projet de travaux (DT) par le maître d'ouvrage, et la déclaration d'intention de commencement de travaux (DICT) par l'exécutant des travaux.

En cas de ligne électrique trop proche, l’intervention ne pourra se faire.

PLAN DE PRÉVENTION

Un plan de prévention doit être établi entre l’entreprise utilisatrice (EU) et l’entreprise extérieure lors de certaines interventions à risque.
Il porte sur :

• les renseignements relatifs à l’opération et aux entreprises utilisatrice et extérieure(s)
• l’organisation des secours, les qualifications requises par les salariés, les moyens mis à disposition
• l’analyse des risques
• les mesures de prévention
• les moyens mis en place pour le suivi du plan de prévention, sa réactualisation et son application effective sur le terrain

SIGNALETIQUE (R 4512-3)

Certains panneaux et zones pourront être délimitées afin d’éviter tout risque de chute ou d’accident. Le responsable de l’entreprise utilisatrice doit :

• délimiter le secteur de l’intervention des entreprises extérieures
• matérialiser les zones de ce secteur qui peuvent présenter des dangers pour les travailleurs
• indiquer les voies de circulation que pourront emprunter ces travailleurs, ainsi que les véhicules et engins de toute nature appartenant aux entreprises extérieures